Charlotte HUET
Psychologue Lille
Charlotte HUET
Psychologue Lille

L’estime de soi, comme j’ai pu le développer dans un précédent article que vous retrouverez ici, permet d’évoluer sereinement dans notre vie. Malheureusement, lorsque cette estime de soi est fragilisée, elle peut avoir un impact important sur notre vie et sur notre sexualité.

 

 

L'image de Soi, L'image du corps

 

« Je suis pas aussi bien gaulée qu’elles »

 

« Elles », cela peut être les filles des magazines, les stéréotypes culturels de la beauté, mais aussi, pour notre sujet, les actrices porno. Parce que nous avons tous ou presque déjà regardé un porno, ou au moins vu des extraits pour les plus prudes, on peut observer un physique particulier. Les femmes ont une forte poitrine, des fesses rebondies, pas de cellulite, et en plus elles ne transpirent pas, elles sont toujours « open », et ça peut durer encore, et encore, et encore, et enc……..

Donc forcément, une fois démaquillées, en pyjama et les cheveux en bataille, on n’a plus vraiment l’impression de ressembler à un sex-symbol ! 

Et c’est pareil pour les hommes qui doivent subir de nombreux stéréotypes et de fausses croyances, comme les stéréotypes de l’homme musclé, l'homme fort, qui dur, qui dur, qui dur, qui d….. zzzZZzzZZ

 

Oups ! Pardon... Reprenons!

Bref ! Le porno c’est pas terrible lorsque l’on a déjà des difficultés avec l’image de notre propre corps, l’image que nous renvoie l’horrible miroir. 

 

Cette image du corps est également façonnée par de nombreux stéréotypes. Ils sont fonction de notre société, notre culture, de nos origines et du bombardement médiatique. Ainsi, j’ai déjà pu entendre en consultation des personnes m’expliquer leur souffrance par rapport à leur corps : « j’ai les cuisses trop grosses », « j’ai trop de ventre », « je n’ai pas assez de poitrine », etc… 

 

Ces petits complexes qui semblent parfois anodins peuvent amener à des comportements d’évitements. On va ainsi développer des stratégies afin de camoufler, de cacher, ce que l’on n’aime pas chez soi.

 

Cela peut également empêcher certaines personnes de se mettre nue devant leur compagnon/compagne ou alors il est nécessaire d’être dans le noir complet par exemple. D’autres vont éviter certaines positions qui montrent trop telle ou telle partie du corps (exemple : les fesses, la poitrine). Ces conditions ne sont évidemment pas idéales pour une sexualité épanouie.

Elles ne sont pas idéales parce qu'elles nous empêchent de "lâcher-prise".

 

Le lâcher-prise 

 

Bon c’est vrai que le « lâcher-prise », on en entend parler à toutes les sauces ! Et quoi de plus agaçant que de s’entendre dire « mais arrêtes, lâches-prise ! » alors que justement, on n’y arrive pas! 

 

Reprenons du début, "Lâcher-prise" en fait, ça veut dire quoi ? Et bien il s’agit d’arrêter de vouloir tout contrôler. Parce qu’en général, et c’est humain, on cherche à contrôler les choses car on a cette impression que c’est plus rassurant. Et on croit vraiment pouvoir tout contrôler. Donc on va passer beaucoup de temps à penser, à organiser, à gérer, à calculer, à prévoir, etc…

Sauf qu’évidemment, tout ne se passe pas toujours « comme prévu ». Et lâcher-prise, cela veut dire accepter cette idée que parfois, il y a des imprévus et que l’on ne peut pas tout contrôler, tout simplement parce que certaines choses ne dépendent pas de nous. La finalité de ces tentatives de tout contrôler, c'est que, finalement, on ne profite même pas de tout ces moments que l’on passe notre temps à prévoir, on n’est pas dans l’instant présent

 

C’est pareil pour la confiance en soi. Si l’on est sans arrêt en train de se trouver « nul », « pas capable », « pas assez bien », « pas assez compétent », « pas assez jolie », on ne lâche pas non plus prise. Et cela peut donc impacter notre sexualité.

Le lâcher prise consistera alors, petit à petit, à être dans l’instant, dans la pleine conscience (explication ici) du moment, des sensations corporelles, des émotions.

 

Avoir confiance en ses compétences sexuelles

 

Un autre élément qui peut entrer en compte, c’est le manque de croyance ou le manque de confiance en son propre potentiel et en ses propres talents sexuels. Parce que oui, nous sommes tous capable d’être compétents en sexualité!

« Est-ce qu’il va aimer quand je fais ça? », « est-ce que je devrais être plus comme ci, moins comme ça? », « je ne fais peut être pas assez de choses pour son plaisir? », … Et on n'est de nouveau plus dans l'instant présent !

 

Il s’agira de prendre ou de reprendre petit à petit confiance en soi, en son potentiel et en ses compétences en termes de sexualité. Vous avez des atouts, il s’agit de pouvoir les reconnaître.

 

 

Savoir s'écouter

 

L'estime de soi, c'est également la valeur que l'on accorde à soi-même. C'est-à-dire être convaincu que l'on est quelqu'un d'important, de valeur, de méritant par exemple. Si l'on retranscrit cette idée dans la sexualité, cela peut nous amener par exemple à accorder plus d'importance au désir de l'autre plutot qu'à son propre désir, ses propres envies.

 

Cela peut parfois nous entrainer vers des experiences que l'on regrette par la suite, à se forcer à faire des choses ou alors à se laisser faire certaines choses. N'oubliez donc pas que vos envies, mais aussi vos limites sont primordiales !